"Coronavirus... et la vie s'arrêta"

Cet article a été écrit par Lucio Rosina, et je l'en remercie.


 

Bonjour,

Ayant été confiné comme tout le monde ou presque, et de plus étant en retraite j'ai eu l'idée et la disponibilité pour écrire le roman : "Coronavirus... et la vie s'arrêta".



Résumé:

Cinq joueurs de tarot se retrouvant presque quotidiennement au bar-tabac du pont voient leur quotidien chamboulé par le coronavirus. Je raconte comment ils vivent tout cela et je m'attarde aussi sur leur vie d'avant, leurs marottes, leurs joies et leurs peines.


J'ai eu plusieurs retours de lecteurs s'étant régalés.


Bon, il faut avouer que ma prose est plutôt ironique et que j'en profite pour faire une satire de notre société et une critique (féroce?) de nos gouvernants.


Le roman est disponible en librairie de Fismes et sur "lulu.com" (14€), je me suis auto-édité en attendant mieux ! Pour mémoire j'ai déjà commis:

- "Les dernières morilles" (disponible sur "lulu.com).

- "Des vignes et des héritiers" (disponible sur lulu.com et à la FNAC).

- "Rue des femmes de mauvaise vie" (disponible chez Cronicséditions).

- "La dernière randonnée" (disponible sur lulu.com).


Pour vous donner une idée de ma prose, je vous mets ci-dessous le premier chapitre de "Coronavirus...et la vie s'arrêta".

 

Chapitre 1


Introduction


Je vais vous raconter une histoire totalement imaginaire. Certains, (les plus gentils), appellent cela de la science-fiction, d'autres, (moins respectueux de l'écrivain que j'essaie d'être), nomment cela élucubration d'oiseau de mauvais augure.

J'ai situé mon récit dans un pays civilisé, à la pointe du progrès technique notamment dans le domaine médical, et pour faire bonne mesure il s'agit d'un état démocratique.

Alors au hasard j'ai choisi la France (pourquoi pas), et une chose microscopique que l'on nomme virus, un truc impensable mais vachement vicieux passant du pangolin à l'homme via une chauve-souris, ou l'inverse, je ne suis pas spécialiste (merci à Jean-Marie Bigard pour son sketch sur ce mammifère volant). Cette petite chose serait née en Chine et aurait voyagé jusqu'à chez nous. Je devance ce que vous allez me dire : que ce n'est pas possible, que ce pays est bien loin et les mesures sanitaires prises dans les transports ne le permettent pas, mais bon, imaginons ne serait-ce qu'un instant que le virus soit malin et déjoue toutes les mesures de protection.

Tout cela est complètement irréel, je sais, des personnes ayant fait de hautes études l'ont dit et même rabâché, mais l'auteur que je suis a l'avantage de pouvoir écrire ce qu'il veut et surtout n'importe quoi !

J'ai supposé que cette toute petite chose allait mettre à mal le monde et faire peur à l'humanité, chuter les cours de la bourse (encore du n'importe quoi), mettre des millions de personnes au chômage et que nos services de santé allaient être débordés, comme si c'était possible alors que nos élites nous persuadent qu'il faut réduire le personnel dans les hôpitaux, et même en fermer certains vu que notre santé est trop bonne et, comble de l'ironie, nous vivons trop vieux.

J'ai aussi imaginé que la population aurait peur, sortirait masquée et gantée en évitant ses semblables, qu'il y aurait même des gens se battant dans les supermarchés pour s'arracher un rouleau de papier-toilette et que des infirmières seraient agressées pour se faire voler des masques de protection, enfin bref, rien que des improbables scénarios !

Pour illustrer tout cela, j'ai crée des personnages n'ayant aucun rapport avec la réalité, des êtres sortis de nulle part si ce n'est de mon imagination de vieux fou confiné chez soi, comme si nos gouvernants pouvaient avoir un jour cette farfelue idée !

Alors je vous en supplie, prenez cela comme une fable et ne croyez surtout pas que cela puisse arriver un jour.

J'oubliais, je ne suis pas un visionnaire, avant moi, un certain Jean de la Fontaine a écrit dans une de ses fables : "Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés". Et pour conjurer ce fléau, ce fut un âne qu'on sacrifia, ce dernier ayant commis le crime abominable de manger l'herbe d'autrui. Sommes-nous les ânes du vingt-et-unième siècle ? Ou peut-être est-ce ceux qui dirigent le monde ?

Cela étant dit, je vous souhaite malgré tout une très bonne lecture et beaucoup de plaisir.


 

Voilà ! J'espère que vous donnerez sa chance à ce livre écrit par Lucio Rosina !


*


Si, vous aussi, vous souhaitez...

- Faire votre petite pub

- Partager un poème, une nouvelle

- Écrire une critique de livre, film, série

- Parler de tout ce que vous voulez

...alors cliquez ici pour réaliser votre propre article sur mon blog ! Profitez, cette chance ne vous sera donnée que cet été !

24 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout