☀ Mes lectures de l'été ! ☀

Avant de commencer mon article, voici un témoignage de vacances de Diane à la carte postale que je n'ai pas pu poster avant la rentrée :

Surfer à Cap Breton ? Chers lecteurs,

Cette semaine, j'étais à Capbreton avec ma famille. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, Capbreton c'est à côté du Pays Basque, en France. Là-bas, les vagues étaient vraiment énormes, de vrais rouleaux. J'y ai surfé, (et c'était ma première fois 😭) avec une professeur, Marie-Pierre. Franchement, j'ai adoré, mais le dernier jour, en tant que débutante, elle m'a déconseillé d'y aller, et pour cause : des vagues de 4 mètres de haut s'abattaient à quelques 20 mètres de la dune de sable ! Le courant était très fort (il a un nom mais je ne m'en souviens plus 🤷‍♀️). Bref, on s'est éclatés, gamélés, on a surfé... Super moment !

Bisous


Merci Diane pour cette anecdote au parfum d'été ! Merci également à ceux qui ont bien voulu partager un article pour mon blog, ça m'a permis de faire une grosse pause, mais je reviens avec un super article !


Il est donc temps que je reprenne les rennes afin de vous présenter un gros article dans lequel je vous ai fait un petit récap de mes lectures de l'été. Pour cela, j'ai trié les livres selon les élément symboliques de l'été et des vacances et les ai illustrés en faisant un petite séance photo ! C'est parti !


 

LA FAMILLE :


Cette histoire nous plonge au sein d'une famille qui se ment, se morfond et se déchire peu à peu.


20 pieds sous terre, par Charlotte Erlih.


Quand elle apprend la mort de son frère Théo, Manon, submergée par le chagrin, ne peut pas croire à un accident. Que faisait-il en pleine nuit sur les rails du métro parisien ? Contre ses parents, contre la police qui veut clore le dossier, Manon s'obstine et se lance sur les traces des dernières personnes à l'avoir vu vivant. Son enquête la mènera dans le monde des graffeurs pour tenter de percer le "mystère Théo".


Ma note : 15/20


Mon avis : Ce roman n'est pas la révélation roman de l'année, mais ça reste tout de même un bon livre. L'histoire est pleine de suspens, les personnages sont plutôt attachants et bien approfondis. J'ai beaucoup aimé le fait que l'héroïne découvre progressivement une autre facette de son frère qu'elle ne connaissait pas du tout. À travers cette enquête, l'auteure tente de nous faire passer des messages importants.


La citation :

"Qui va oser dire : "Théo est mort" ? Cette phrase que jamais ils n'auraient pensé à avoir prononcer et qu'à partir d'aujourd'hui, ils vont devoir dire, redire, rabâcher, expulser, vomir. Théo est mort. Sujet, verbe, complément - syntaxe de CP. Le chat mange la souris, vous aimez le sport, Théo est mort. Trois petits mots de rien du tout. Pour l'instant, trop. Beaucoup trop. Beaucoup trop tôt."


 

LA PLAGE :


Cette histoire tourne autour d'une plage nommée Anse Rouge sur laquelle l'héroïne passait la plupart de ses étés.


Anse rouge, par Sandrine Caillis.


« Je ne peux pas aller plus loin. Plus loin, c'est la noyade. »

Marie perd pied. Sur un coup de tête, elle part en pleine nuit, direction Noirmoutier et sa plage d'Anse rouge, là où tout a basculé.

Dans l'aube qui se lève sur l'île, elle convoque un à un les souvenirs de son enfance : quatre étés, une rencontre, un frère et une soeur comme deux aimants troublants qui l'arrimeraient au monde.

Fascinée, elle se laisse prendre dans leurs filets...

Un roman aussi puissant qu'une lame de fond pour se frayer un chemin ardu et sinueux vers la lumière.


Ma note : 13/20


Mon avis : C'est un livre plutôt particulier que je vous présente là. En effet, dans ce roman, il ne se passe rien. On suit les pensées d'une jeune femme qui plonge dans ses souvenirs d'enfance, se repassant plusieurs étés qui ont marqué sa vie. Pour autant, l'histoire n'est pas plus ennuyante ! Nous voyageons dans le temps, aux côtés de Marie, notre héroïne. Autre point surprenant : le roman est plein d'images, de métaphores, de descriptions poétiques, qui, personnellement, ne me dérangent pas vraiment car l'auteur parvient à manier ses expressions de manière légère. Vous verrez par vous-même dans la citation que je propose ci-dessous. Je tiens tout de même à signaler quelques points que je n'ai pas apprécié : les personnages ne sont absolument pas attachants - c'est à peine si l'on tient à l'héroïne... - et la fin est assez prévisible.


La citation :

"Je retourne à ce deuxième été, puisque c'est ça que je suis venue faire ici, me vautrer dans l'écosystème de mon désastre, réussir peut-être à le rincer de ses pollutions, assainir l'air ambiant. Je me vois là où je me suis laissée avant mon repas, seule sur cette plage, les émotions gesticulantes et vaines à l'extérieur."


 

LA NATURE :


Difficile de trouver un thème estival car cette bande dessinée n'a rien de joyeux... Malgré tout, la plupart de la BD se passe dans une forêt, en pleine nature, où la classe tente de se cacher de la milice bretonne.


L'institutrice, tome 1, par Yves Lavandier (illustrations de Carole Maurel).


Juin 1944, les troupes alliées débarquent en Normandie. Mais en Bretagne, l’occupant et ses affidés continuent à traquer résistants et Juifs... même les enfants. Quand ils viennent fouiller son école à la recherche de Jacques Rosenthal, Marie-Noëlle s’enfuit en forêt avec sa classe.

L’odyssée de l’institutrice, sévère mais juste et généreuse, et de ses huit élèves de 5 à 12 ans, dont un Juif et le fils d’un pétainiste antisémite, va révéler les caractères de chacun... et montrer que forces et faiblesses ne résident pas toujours là où on les attend.


Ma note : 16/20


Mon avis : J'ai beaucoup aimé cette bande dessinée très émouvante qui traite d'un sujet dur vu par une professeure et ses élèves. Le livre se lit très rapidement tant on est aspiré dans l'histoire. Une belle découverte, donc ! La fin est ouverte sur le second tome, hâte de le dévorer.


La citation :

"-Personne, ici, n'est méchant.

-Les juifs, quand même...

-Non, Jean-Marie ! Les juifs, c’est comme les bretons. Y a de tout, des méchants, des gentils et entre les deux."


 

LES AMIS :


L'auteur met en scène une bande d'amis qui tentent à eux seuls de percer des secrets bien cachés...


À découvert, par Harlan Coben.


Depuis la mort de son père, le jeune Mickey Bolitar habite chez son oncle, Myron. Une cohabitation d'autant plus délicate que Mickey a de qui tenir : forte tête, impulsif, obstiné, aucun doute, il appartient bien au clan.

Alors quand l'adolescent voit disparaître, du jour au lendemain, sa nouvelle petite amie, il se lance tête baissée en territoire inconnu, à découvert...


Ma note : 17/20


Mon avis : J'avais déjà lu ce roman (et les deux autres suivant qui forment la trilogie) il y a deux ou trois ans et l'avait immédiatement classé dans mes lectures préférées. En le relisant, je me suis aperçue que l'écriture est assez particulière, je la trouve enfantine, un peu trop adolescente à mon goût. Pour autant, l'histoire, les personnages et le dénouement restent à la hauteur de mes souvenirs. Je rappelle que ce livre était celui que j'aimais le moins de la trilogie, donc hâte de relire les tomes deux et trois.


La citation :

"J'allais au lycée en ruminant mon triste sort - mon père était mort, ma mère en cure de désintoxe, ma copine avait disparu - quand j'ai vu la femme chauve-souris pour la première fois. J'avais entendu les rumeurs la concernant, bien sûr. On disait qu'elle vivait seule dans la maison délabrée au croisement des rues Hobart Gap et Pine. Vous voyez laquelle. Je me trouvais juste devant. "


 

L'ORAGE :


OK, j'avais plus du tout d'inspi pour celui-ci mais je me disais que comme mon roman parlais de foudre et d'électricité...


Revival, par Stephen King (encore...).


Il a suffi de quelques jours au charismatique Révérend Charles Jacobs pour ensorceler les habitants de Harlow dans le Maine. Et plus que tout autre, le petit Jamie. Car l'homme et l'enfant ont une passion commune : l'électricité.

Trente ans plus tard, Jamie, guitariste de rock rongé par l'alcool et la drogue, est devenu une épave. Jusqu'à ce qu'il croise à nouveau le chemin de Jacobs et découvre que le mot « Revival » a plus d'un sens... Et qu'il y a bien des façons de renaitre!


Ma note : 13/20


Mon avis : C'est un de ces romans que vous engloutissez en quelques jours, puis, une fois fini, vous vous demandez ce qui vous a tant attiré. Stephen King sait nous tenir en haleine, mais l'histoire reste très longue pour une fin décevante... Aussi, il y a tellement de personnages (avec des noms américains, ce qui ne me facilite pas la tâche) à retenir que l'on s'y perd souvent... Ca n'est absolument pas mon S. King préféré, mais ce roman fait l'affaire lorsqu'on n'a plus de livre sous la main.


La citation :

"Je ne peux supporter de croire que sa présence dans ma vie ait eu quoi que ce soit à voir avec le destin. Cela voudrait dire que toutes ces choses terribles - ces horreurs - devaient arriver.

S'il en est ainsi, alors la lumière n'existe pas, et notre foi en elle n'est qu'une stupide illusion. S'il en est ainsi, alors nous vivons dans le noir tels des animaux au fond d'un terrier, ou des fourmis dans leur fourmilière."


 

C'est fini pour aujourd'hui ! Comme vous l'aurez compris, ces deux mois ne furent pas les plus productifs en matière de lecture, mais j'étais beaucoup occupée !


N'hésitez pas à raconter une anecdote de vacances comme Diane en commentaires, à me dire quel livre vous fait le plus envie parmi mes lectures, ou bien vous pouvez vous contenter d'un petit ❤ en bas à droite.


À très vite !

Enabla ;)

16 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout