Rien ne s'oppose à la nuit


Aujourd'hui, je vais vous présenter le roman "Rien ne s'oppose à la nuit", par Delphine de Vigan.


J'avais déjà lu un de ses romans ("No et moi", critique ici).



Résumé :

Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence. D. de V.

L'auteure a recherché, interrogé et enregistré afin de se procurer toutes les informations nécessaires pour créer son roman. Elle a tenté de rassembler elle-même les pièces d'un puzzle géant pour le reconstruire au mieux possible. Ce puzzle, c'est sa mère, si mystérieuse, si secrète... La tâche n'a pas semblé facile mais D. de Vigan s'est accrochée. Enabla


 

Auteure : Delphine de Vigan


Editeur : Jean-Claude Lattès


Catégories : Biographie et Autobiographie (elle parle de sa mère mais aussi de sa propre histoire), Drame familial.

 

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce roman.

Premièrement, pour l'auteure, qui manie les mots d'une main de maître et sait nous tenir en haleine chapitre après chapitre. Je note qu'à plusieurs reprise, elle nous a expliqué un fait choquant qui arriverait dans une bonne dizaine de pages (la mort d'un personnage, en l'occurrence), puis est revenue au sujet initial sans ajouter quoi que ce soit. J'ai trouvé ce passage malin car il nous force à poursuivre notre lecture pour comprendre ce qu'il s'est passé.

Deuxièmement, j'ai aimé ce roman pour ses personnages. Même s'il y a une part de fiction dans chacun d'entre eux (évidemment, difficile de cerner un personnage qui est mort ou qui a soixante dix-ans aujourd'hui alors qu'il était enfant à l'époque), la grande famille de Lucile (mère de l'auteure) est si vivante et joyeuse dans les premiers chapitres... Difficile de ne pas s'y attacher. Malheureusement, on perçoit chacun des enfants de la famille grandir, certains s'éloignent, d'autres disparaissent.

C'est là que j'en viens à mon troisième point : j'ai aimé ce roman pour le côté dramatique. La manière dont sombre peut à peut Lucile vers l'excès d'alcool, des fréquentations douteuses, des envies suicidaires... Qui aurait pensé cela de la jolie petite fille des premières pages ?

En résumé, oui, j'ai aimé cette histoire, davantage car elle est vraie, car l'auteure nous pose sur le papier des années de combat avec sa mère, pour essayer de lui pardonner, essayer de renouer du lien... La fin est très touchante, le livre se termine de manière à ce que l'on est triste mais soulagé d'en avoir fini avec tout ce désordre familial.


 

Voilà, j'ai rarement écrit autant pour critiquer un roman, mais il y a tellement de choses à dire sur celui-ci !


J'espère que cet article vous aura plu, n'hésitez pas à vous abonner, à aimer, et même à glisser un petit commentaire si l'envie vous prend.

 

Je voulais aussi vous avertir que j'ai créé un mini-sondage autour de la série

Stranger Things dans l'idée de créer un article là-dessus (!!!).

N'hésites pas à le remplir (c'est anonyme) et à le partager une fois fait.

Voici le lien : sondage

Je précise que même les personnes qui n'ont pas vu ou n'ont pas aimé la série peuvent remplir certaines questions, c'est mieux si j'ai des avis partagés !


À très vite !

Enabla ;)






25 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout